M comme Maladie, Mauvais temps

Publié le par Colette Lefevre

Le 19 février 1778, Charles Jacques, le cinquième fils de Charles, âgé de 31 ans, épouse Marie Prod’homme, fille de Simon et Françoise Duval, en présence de leurs quatre parents, de Jacques et Jean, les frères de Charles Jacques. Comme cela fait du bien à tout le monde, pendant quelques heures Charles a pu oublier les soucis de la vie, comme la famine qui décime la population, ou encore les maladies qui entraînent de nombreux décès.

AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_24 - Vue 67

AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_24 - Vue 67

En 1779, en moins de six mois entre juillet et décembre, la dysenterie a fait au moins 175 000 morts dans le royaume, suivie en 1780 d'une grave épidémie de dysenterie provoquant la mort de 132 000 personnes. Une épidémie de grippe s'étend d'est en ouest à partir de l'hiver 1781-1782, tandis que près de 30 000 personnes meurent dans le Languedoc d’une sévère épidémie de suette miliaire. De 1781 à 1785, l'Ouest de la France connaît une importante pneumonie infectieuse, à Bellou-en Houlme, rien qu’en 1785, on dénombre 154 décès1. Heureusement chez Charles et Marie Madeleine aucun décès, chacun résiste.

Le 154ème décès de l'an 1785 - AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_26 - Vue 47

Le 154ème décès de l'an 1785 - AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_26 - Vue 47

Une nouvelle famine survient en 1782, elle est suivie d'un hiver glacial et d'un été caniculaire en 1783. C'est surtout dans le Nord de la France, que cet hiver fait sentir ses rigueurs depuis le début de novembre jusqu'en avril. Charles a appris que dans la capitale on a enregistré 69 jours de gelée consécutifs. Les pluies de l’automne 17872 provoquent de mauvaises récoltes entraînant une hausse des prix et une nouvelle disette, cette année-là, la commune a connu 73 décès dont celui de Marie Madeleine le 27 septembre. Charles est complètement perdu, après 56 ans de vie commune, le voici seul, malgré ses enfants qui l'entourent. Maintenant, il a 76 ans, il est usé, découragé par tout ce qu'il a vu et subi, mais il ressent encore et toujours de la révolte, il aurait tant voulu que son épouse ait une vie meilleure, il s'en veut, même s'il sait que ce n'est pas que de sa faute. Certains des ses enfants sont mariés, d'autres sont encore célibataires mais il sait qu'il peut compter sur leur aide.

AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_26 - Vue 100

AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registre paroissial 3NUMECRP40/EDPT181_26 - Vue 100

1 - Pour Bellou-en-Houlme, de 1779 à 1785 on constate les décès suivants :
1779 : 70,
1780 : 62,
1781 : 46,
1782 : 76,
1883 : 98,
1784 : 79,
1785 : 154.

AD Orne – Bellou-en-Houlme – Registres paroissiaux 3NUMECRP40/EDPT181_24, 181_25 et 181_26.

Commenter cet article