Michel Victor MARIE et Anne Louise MARIE sosas120/121

Publié le par Colette Lefevre

Lorsque naissances et décès alternent.

Quelle agitation dans la maison de Michel MARIE, âgé de 30 ans et Marie Anne ROUSSEAU, âgée de 25 ans, à Cherisy, en Eure et Loir, en ce mercredi 18 juillet 1798, un enfant a décidé de faire son entrée dans ce monde et cet enfant c'est un garçon, c'est toi Michel Victor ! Tes parents, se sont mariés six ans plus tôt et ils ont déjà une fille Marie née en 1795 et un garçon Jacques, né en 1796. Vont suivrent, Joseph Alexis en 1800, Marie Lise en 1802, Marie Anne en 1804, mais trois jours après Jacques décède.  Un nouvel enfant nait en 1806, il se prénomme Jacques, puis voici André en 1809.  

Mais le 28 mars 1810, ton père meurt. Voici ta mère veuve avec sept enfants de 15 ans, 12 ans, 10 ans, 8 ans, 6 ans, 4 ans et 10 mois ! Le 12 octobre 1814, Jacques, âgé de 18 ans, décède.

AD 28 Cherisy an IV - an X - NMD 3 E 098/4

AD 28 Cherisy an IV - an X - NMD 3 E 098/4

Anne Louise, tu viens au monde le 22 novembre 1794 à Sainte-Gemme-Moronval. Tes parents Jean François MARIE, âgé de 35 ans et Jeanne GUILLE, âgée de 42 ans se sont mariés 11 mois plus tôt, tu es donc leur premier enfant, mais tu es aussi le seul enfant de ton père. Ta mère s'est mariée en 1783 avec Etienne CLOUET (dédédé en 1793) et deux enfants sont issus de ce mariage, une demie-soeur Marie en 1798 et un demi-frère Guillaume Barthélémy en 1790.

Mais voilà, ton père meurt le 17 octobre 1819, tu es âgée de 24 ans. Il ne verra pas ton bonheur, lorsque le mercredi 1er mars 1820 tu épouses Michel. 

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval 1793 1805 3 E 32/003

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval 1793 1805 3 E 32/003

Donc, en ce mercredi 1er mars 1820, il est onze heures du matin et vous voici dans la salle commune de Moronval, où Emmanuel De Thiercelin, maire, vous unit en présence de vos mères respectives et, Michel, de ton oncle Jean Baptiste MARIE ainsi que trois amis, Louis Langlois, Jean Lainé et Rousseau Lemoré, vos témoins.

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval an XIV - 1823 NMD 3 E 332/4
AD 28 Sainte-Gemme-Moronval an XIV - 1823 NMD 3 E 332/4

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval an XIV - 1823 NMD 3 E 332/4

Voici deux ans que vous êtes mariés, lorsqu'en ce 22 octobre 1821, une grande agitation secoue toute la maisonnée, que se passe-t-il ? Ah oui, votre premier enfant pousse son premier cri et c'est un garçon que vous prénommez Louis Victor Frédéric. Encore un garçon, pour cette deuxième naissance, ce 28 mai 1824 et voici François Victor. Mais les chagrins commencent pour vous, le 4 mars 1826 voit le décès de votre fils aîné, Louis Victor Frédéric, alors âgé de quatre ans et demi.

Le 24 octobre 1826, un nouvel enfant arrive et c'est encore un garçon, François Joseph Alexis. Après les garçons, voici une fille, Luce née le 7 décembre 1828. Anne Louise, ta mère n'aura pas profité longtemps de ses petits enfants, elle décède le 20 mai 1829. 
Une deuxième fille, Louise Arsène vient agrandir la famille le 24 septembre 1834. Michel, ta mère aura tout juste le plaisir de la connaître, car elle vous quitte ce 24 décembre 1834 sans s'être remariée, quel triste noël pour vous. 

Le 7 avril 1837 une troisième fille, Marie Louise Adélaïde, vient compléter la fratrie. Une fois de plus, ce bonheur est suivi d'un décès et ce décès c'est celui de Louise Arsène, le 19 avril 1839, elle a 4 ans et demi. 

Le jeudi 17 décembre 1846, François Victor épouse Rose Apoline LAINE. Ce couple aura trois enfants : Victor Lucien Eugène né en 1849, Lucie Maria née en 1851 et Marie Philomène née en 1862.

Après ce bonheur, voici le 20 août 1849 le décès de François Joseph Alexis, alors âgé de presque 22 ans et demi, fusillier au 48e régiment d'infanterie de ligne, 2 ème bataillon, 1ère compagnie. Vous n'avez pas pu lui dire adieu, il est mort à l'hôpital civil de Bourg où il est entré le 12 août pour une fièvre typhoïde. C'est le troisième enfant que vous perdez, comment accepter ces décès, comment vivre après de telles souffrances ?

Le samedi 19 octobre 1850 voit le mariage de Luce avec Jacques Jean Baptiste DELAISSE, une fille Louise vient au monde en 1852.

Michel Victor, tu décèdes le mercredi 10 octobre 1855, à l'âge de 57 ans, à Sainte-Gemme-Moronval.

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval 1847-1862 NMD - Cote X

AD 28 Sainte-Gemme-Moronval 1847-1862 NMD - Cote X

Anne Louise, tu décèdes le vendredi 16 mai 1862, à l'âge de 67 ans, à Houdan dans les Yvelines, c'est ton gendre Jacques Jean Baptiste DELAISSE, chez qui tu vis, qui déclare ton décès.
Marie Louise Adélaïde se marie avec Jean Chassaing, je ne sais ni quand ni où.
De François Victor je ne sais rien.

AD 78 - Houdan - Registre Etat Civil - 1134392

AD 78 - Houdan - Registre Etat Civil - 1134392

Vue de l'Eure depuis Sainte-Gemme-Moronval

Vue de l'Eure depuis Sainte-Gemme-Moronval

La commune de Sainte-Gemme-Moronval est située à 3 kilomètres à l’est de Dreux et à 36 kilomètres au nord de Chartres.
Elle est désignée dans les chartes du moyen-âge sous les noms latins : Morvallis et maronvilla.

L’étymologie de ces mots donne lieu à deux interprétations d’origine : la première serait due à la position de la commune dans une vallée marécageuse : morosa vallis et par abréviation morvallis, Mora, morus, locus palustris, aquations palus, stagnum (marais).

La seconde indiquerait que l’on y cultivait ou qu’il y croissait des mûriers (mora morum mûres et moronus mûriers alias meuron). On se servait encore de ces fruits au quatorzième siècle pour teindre les cuirs. Autrefois les tanneries de Dreux avaient une certaine importance et Moronval est à peu de distance de cette ville.

Au XIIIème siècle, la paroisse se nommait Moronvilla et comptait pour lors 86 communiants Par la suite, on la voit parfois appelée Saint-Symphorien de Moronval ou encore Moronval-Sainte-Gemme et, à partir du XVIIIème siècle seulement, Saint-Denis de Moronval. Lorsque furent créées les communes, en 1790, on adopta le nom de Saint-Symphorien, ce qui eut comme inconvénient de provoquer des confusions avec une autre commune du département située dans le canton d’Auneau, qui portait le même vocable. En fin de compte, on dut en revenir en 1800 à l’ancienne appellation de Saint-Denis de Moronval.

http://www.perche-gouet.net/histoire/photos.php?immeuble=13387

http://www.perche-gouet.net/histoire/photos.php?immeuble=13387

La vieille église Saint-Symphorien ne présente, malgré son antiquité, qu’un mince intérêt archéologique. Fut-elle jadis entourée d’habitations et comment expliquer son actuel isolement ?
Peut-être les guerres, au cours des temps, ruinèrent-elles les chaumières qui se groupaient autour d’elle ; peut-être aussi de trop fréquentes inondations firent-elles abandonner son voisinage...
Elle demeure néanmoins, vénérable témoin du passé, et sa flèche aiguë, se dressant sur le fond des vertes frondaisons, ajoute un élément de pittoresque au charmant tableau que nous offre la vallée de l’Eure.

http://www.perche-gouet.net/histoire/photos.php?immeuble=12281

http://www.perche-gouet.net/histoire/photos.php?immeuble=12281

Jean Gabin a acheté en 1938 le "château de Sainte-Gemme" pour y faire de l'élevage de chevaux, mais le projet avorta à cause de Seconde Guerre mondiale et les Allemands y installent une kommandantur. De retour en France, il y revient en 1945, notamment en compagnie de Marlene Dietrich, il allait jouer au billard à l'Escapade. La propriété fut revendue vers 1950 au milliardaire Paul Weisweiller qui le mit à la disposition de l'homme politique Paul Reynaud.

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Gemme-Moronval

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article