René RABIER et Marie CROSNIER, sosas 84/85

Publié le par Colette Lefevre

Tristes sorts d'orphelins.

René, tu vois le jour le mercredi 24 septembre 1766 à Trugny hameau de Josnes. Tu es baptisé le lendemain en présence de Silvain GOLLANDEAU et Marie LEBON, tes parrain et marraine. Tes parents, René RABIER, vigneron, âgé de 29 ans et Marie MASSON, âgée de 34 ans, sont mariés depuis 14 mois. Tu es donc leur premier enfant.

Un frère, Médard vient au monde en 1767, mais il décède 3 jours plus tard. Nouvelle naissance d'un garçon, Gentien, en 1769, il vit 2 mois et demi. Jacques arrive sur cette terre en 1770 et rejoint ses frères un mois après. Quel malheur de voir ainsi mourir ses enfants presque sitôt nés ! Et toi, comment vis-tu ces moments, tu es bien jeune certes, mais je suis sûre que tu ressens leurs craintes et chagrins.

Et la vie ne va pas te ménager, alors que tu as 4 ans et demi, ta mère décède le 16 mars 1772. Nous, tes descendants, nous l'avons échappé belle, tu es le seul enfant vivant de ce couple ! Comment vis-tu ce décès, en prends-tu conscience ? Tu es si jeune et tu as déjà vu tant de drames et de larmes.

Ton père ne peut pas rester seul avec toi, aussi le 19 janvier 1773, épouse-t-il Marguerite BLONDEAU. Neuf mois après ce mariage, voici Marguerite et un an plus tard, voici Anne, mais elle vit 1 mois et demi. En 1775, nouvelle naissance et nouvelle fille, Anne. Un garçon, Louis naît en 1778, une fille, Madeleine Ursule agrandit la famille en 1781, suivent encore deux naissances : Jean-Jacques en 1783 et Marie en 1786, mais elle décède 4 mois plus tard.

Peut-être y aurait-il eu d'autres naissances mais ton père meurt le 10 juillet 1787, tu es âgé de 20 ans. On dit que c'est le bel âge, mais l'est-il pour toi qui te retrouve orphelin de père et de mère ? Est-ce toi qui deviens le chef de famille et aides financièrement Marguerite qui se retrouve seule avec ses 5 enfants de 14, 12, 9, 6 et 4 ans ? Certes les deux aînés doivent déjà travailler, peut-être même les trois, mais quand même ça doit être dur, les femmes étant sous-payées et les enfants complètement exploités.

AD41 - Josnes - Registre paroissial - 4E 105/10

AD41 - Josnes - Registre paroissial - 4E 105/10

Toi, Marie Marguerite, tu viens au monde le jeudi 19 décembre 1771 à Ourcelles, hameau de Josnes chez tes parents Noël CROSNIER et Marie THAUVIN qui se sont mariés 17 mois plus tôt. Apparemment, toi aussi, tu es l'aînée de la famille.

À peu près tous les deux ans un enfant va naître : Madeleine (1773), Marie Anne (1774), Noêl (1776), Marie Madeleine Thérèse (1778), Charles (1780, mais il décède 1 an plus tard), Jean-Laurent (1783) et enfin Anne (1785).

Alors que tu viens de fêter tes 24 ans, ta mère décède le 15 février 1795. Qui va s'occuper des petits derniers, toi ou Madeleine ?

AD41 - Josnes - Registre paroissial - 4E 105/15

AD41 - Josnes - Registre paroissial - 4E 105/15

Vous êtes 8 à la maison, là aussi tout le monde ou presque doit travailler, que la vie est dure à votre époque, les enfants ne profitent pas de leur enfance, très tôt, ils sont employés à des tâches difficiles (au début du XIXe siècle, des enfants de 5 ans travaillent couramment 15 à 16 heures par jour dans le textile, les mines ou les chantiers ) et il leur faudra travailler jusqu'à la fin de leur vie pour ne pas finir mendiant ! Pendant des siècles, la plupart des enfants de famille modeste ont toujours travaillé dès leur plus jeune âge. À la campagne, dès l’âge de 4 ou 5 ans, ils étaient employés aux travaux des champs ou à la garde des animaux, à la ville, ils aidaient leurs parents, le travail se faisait en famille, ils apprenaient le métier. Les enfants étaient aussi placés comme ouvriers dans des fermes ou chez des patrons.

Des enfants dans les mines.

Des enfants dans les mines.

Vous êtes tous les 2 de la commune de Josnes, mais de hameaux différents éloignés d'environ 3 kilomètres, avez-vous joué ensemble, vos parents se connaissaient-ils ? Sûrement, car dans un petit village tout le monde se connaît. En tout cas, le lundi 11 janvier 1796, à Josnes, vous vous dîtes "OUI", pour le pire et le meilleur, en présence, de ton côté René, Louis Rabier un cousin germain 51 ans vigneron à Trugny et de ton côté Marie, ton père et des amis, Jacques Hugue et René Caunes.

Carte Cassini de la commune de Josnes avec les hameaux D'ourcelle et Trugny

Carte Cassini de la commune de Josnes avec les hameaux D'ourcelle et Trugny

Voici 13 mois que vous êtes mariés et en ce 14 février 1797, votre premier enfant vient au monde. C'est un garçon, vous le prénommez René Silvain, comme vous êtes heureux, comme tu es fier de ce garçon, René. Mais ce bonheur est de courte durée, 5 mois et votre ange décède. Et oui, ça commence bien mal, comme si vous n'en aviez pas encore assez enduré.
Nouvelle agitation, mais cette fois-ci, on peut ressentir l'angoisse qui vous habite, en ce 31 mai 1798, voici Marie-Madeleine qui s'invite chez vous. Les jours passent ainsi que les semaines et les mois, votre fille grandit. Vous avez repris confiance en la vie et le 16 décembre 1799, Thérèse vient compléter votre famille. Vous êtes plus sereins et vous avez raison, vos deux filles font votre bonheur et voici que le 6 juillet 1801, une troisième fille vous est donnée et vous la prénommez Marthe Appoline.
Tu dois sûrement être déçu René trois filles et pas de garçon, certes ça se comprend, mais le plus important, c'est que vos enfants aillent bien.

​Encore une fille, en ce 22 septembre 1803, naît Marie-Françoise Catherine.
Ce 27 avril 1807 est un bien triste jour, Marie tu accouches d'une fille, mais elle est mort-née.

René, enfin réjouis toi, voici le garçon que tu espérais tant, c'est Jean Florentin que vous accueillez le 18 août 1808. Vivra-t-il ? Cette question doit tourner en boucle dans vos têtes, votre premier garçon est décédé si vite, vous aviez un peu oublié ce drame, mais cette enfant mort-née de l'année précédente vous a replongé dans vos angoisses. Les jours passent, les semaines défilent, votre fils grandit et alors qu'il va avoir 3 ans, le 15 juillet 1811, Marie, tu mets au monde un deuxième fils, Pierre Liger Michel.

C'est votre dernier enfant, Marie, tu as 40 ans et tu as mis au monde 8 enfants, dont 6 vivent avec vous.
Que sont devenues vos filles, je n'en sais rien, je n'ai rien trouvé pour le moment, ni mariage, ni décès.
Le 6 novembre 1832, Jean Florentin épouse Anne Catherine BEAUJOUAN, vous y assistez tous les deux.


Le 8 mars 1833, René, tu décèdes à l'âge de 66 ans.
Tu ne verras pas le bonheur de Pierre Liger Michel qui, le 25 août 1834, épouse Anne Joséphine BEAUJOUAN, la sœur d'Anne Catherine, et oui, les deux frères ont épousés les deux sœurs, toi Marie tu es présente et consentante.


Marie, tu décèdes le vendredi 22 septembre 1837, à l'âge de 65 ans à l'hôpital d'Orléans où tu étais entrée le 15 décembre 1814, sûrement comme employée.
Tu ne verras pas les malheurs que subit Jean Florentin. Anne Catherine décède le 14 janvier 1841, il se marie alors le 8 juin suivant avec Françoise Marguerite BONNEVILLE, mais elle décède le 30 juillet 1850. Il épouse Anne Suzanne DREUX, en troisième noces, le 5 février 1851, elle décède le 9 septembre 1860. Il ne se remarie pas, il décède le 30 juillet 1877.
Pierre Liger Michel, lui est décédé le 12 mai 1841.

Sources :

Archives départementales 41
http://tnhistoirexix.tableau-noir.net/travailenfant.html
http://www.rhsansfrontieres.org/fr/domaines-d-intervention/lutte-contre-le-travail-des-enfants/19-domaines-d-intervention/lutte-contre-le-travail-des-enfants/302-histoire-du-travail-des-enfants-en-france.html#!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article