Q comme Quentin de la Tour

Publié le par Colette Lefevre

Q comme Quentin de la Tour

Pas de communes commençant par la lettre Q dans ma généalogie, aussi je vous propose de visiter un musée, celui de Quentin de la Tour dans l'Aisne, dont sont issus certains de mes ancêtres, certains même en sont des contemporains :
BAUDIN Louis Nicolas (1742-an II)et MARTEAU Marie Geneviève (1746-1819)
BACHELET Louis François (-) et RENARD Marie Madeleine (1713-1759)
BAUDIN Marguerite Barbe (1729-1741)
BAUDIN Marie Geneviève (1769-)
BAUDIN Nicolas (~ 1706-1750)et MABILLE Marguerite (-1733)
BAUDIN Nicolas Augustin (1744-)
FETILLE Marianne (1714-1784)

Maurice Quentin de La Tour, plus communément appelé Quentin de La Tour, né le 5 septembre 1704 à Saint-Quentin, mort le 17 février 1788 dans la même ville, est un portraitiste pastelliste français.

« Autoportrait de La Tour » par Quentin de La Tour - Inconnu. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons -

« Autoportrait de La Tour » par Quentin de La Tour - Inconnu. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons -

Issu d'un milieu cultivé, son patronyme originel est « Delatour » que l'usage déforma en
« de La Tour ».

De 1719 à 1722, il entre en apprentissage chez Claude Dupouch, le peintre d'une petite académie de peinture, l'Académie de Saint-Luc, à Paris. Puis il retourne à Saint-Quentin.
À partir de 1727, il s'installe comme peintre à Paris. Il rencontre Louis Boullongne et Jean Restout, ce dernier aura une grande influence sur lui. En 1735, il réalise le portrait de Voltaire au pastel, ce qui lui assure une grande renommée. À son apogée, il réalise différents portraits de Louis XV, de sa famille et de son entourage, et devient ainsi, après Jean-Marc Nattier, un artiste en vogue.
En mai 1737, il est agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture sur présentation de plusieurs portraits au pastel.
Au salon de 1741, il se présente une grandiose effigie du président de Rieux, qui reçoit, dans son château de Passy, toute la société de l'époque, ce qui accroît la notoriété de Quentin de La Tour. En 1745, il obtient son brevet de logement aux galeries du Louvre, et il expose le portrait du Roi, celui du Dauphin, de Morry ministre d'État, ainsi que plusieurs autres portraits.
En 1746, l'artiste est reçu à l'Académie royale en tant que peintre des portraits au pastel.
En 1750, il est nommé conseiller à l'Académie royale de peinture et de sculpture.


Diaporama marquise Pompadour (à télécharger) décrivant le portrait de la marquise dit en pied :

Bienfaiteur de la ville de Saint-Quentin
Lié au mouvement philanthropique du Siècle des Lumières, il octroya des rentes à des institutions religieuses de sa ville natale, pour leurs œuvres sociales. En 1782, il fonda une école de dessin qui existe encore aujourd'hui sous le nom d’École de La Tour.
En 1784, alors qu'il est atteint de démence sénile, sa famille le fait revenir à Saint-Quentin. Après sa mort, en 1788, son fonds d'atelier et une grande partie de son œuvre ont été légués à la ville de Saint-Quentin par son frère.
Le musée Antoine-Lécuyer, situé à Saint-Quentin (Aisne), abrite un ensemble de pastels de Maurice Quentin de La Tour et une collection d'œuvres et d'objets d'art du xviiie siècle au xxe siècle.
Afin de présenter le fonds d'atelier de Quentin de La Tour dans un lieu digne et spécifique, le banquier picard Antoine Lécuyer (1793-1878)1, lègue ses collections en 1876 ainsi qu'un lieu et les fonds destinés à recevoir et exposer les œuvres. L’aménagement du musée est entrepris sous la direction de l'architecte Charles-Napoléon Pinguet (1806-1888)2 : le musée Antoine-Lécuyer est inauguré en 1886, et présente les pastels de Maurice Quentin de La Tour ainsi que des collections d'arts du banquier. Cette collection fut ajoutée à un autre legs fait à la ville de Saint-Quentin en 1881-1883, celui des frères Félix et Josias Le Sérurier, également originaires de cette ville. Le bâtiment est presque totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale lors d'un bombardement mais les œuvres, mises à l'abri, sont préservées. Sur le modèle d'un hôtel particulier parisien du xviiie siècle, le pavillon de Hanovre, il est reconstruit entre 1928 et 1932 par Paul Bigot, architecte lauréat du prix de Rome, pour mettre en valeur les œuvres du pastelliste. C'est un autre banquier philanthrope, David David-Weill, qui en qualité de président de la Société des amis du musée de La Tour, collabora à la reconstruction et à la réouverture de ce musée.
Visite virtuelle du musée : BONNE VISITE ET A DEMAIN.

Visite virtuelle de Saint Quentin, place de l'Hôtel de Ville.

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Quentin_de_La_Tour
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Antoine-L%C3%A9cuyer

Commenter cet article