M comme Montfey

Publié le par Colette Lefevre

M comme Montfey

Montfey est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Champagne-Ardenne, à 144 kilomètres de Paris, à 4 kilomètres du chef-lieu de canton, Ervy-le-Châtel et à 30 kilomètres au Sud-Ouest de Troyes.
En 2012, la commune comptait 138 Montfeyens et Montfeyennes.

Ce lieu est utilisé 11 fois dans ma généalogie :
COLLOT Marie (-1783) : Décès (20.2.1783) - SOSA 69
DURUPT Béate (-1856) : Décès (1856)
GAUTHIER Eloi (1697-) : Naissance (2.12.1697), Mariage (12.2.1720) avec PRESTAT Anne (-) - SOSAS 272/273
GAUTHIER Eloy (~ 1723-1801) : Naissance (vers 1723), Mariage (31.1.1769) avec COLLOT Marie (-1783), Décès (14.9.1801) - SOSAS 136/137
GAUTHIER Henri (-) : Mariage (3.2.1756) avec BORDIER Edmée (-)
GAUTHIER Jean (-) : Mariage (12.2.1754) avec FRAILLERY Jeanne (-)
GAUTHIER Louis (1769-1856) : Naissance (8.4.1769) - SOSA 68
GUYOT Jean (-) : Mariage (20.1.1756) avec GAUTHIER Anne (-)
Branche grand-père et grand-mère paternels

Attesté sous les formes latinisées Mons Felium 1146 et de Monte Folio vers 1350.
Le nom du village s'est écrit Monfeis au 15e siècle, puis Monfay jusqu'en 1793 et ne s'écrit Montfey qu'à partir de 1801. Le T de « mont » a été rétabli conformément à l'étymologie.

Histoire
Le 30 novembre 1402 le duc Louis Ier duc d'Orléans passa à « Monfeis », passage attesté par l'acte instituant Danry Du Quensnel châtelain du château de la ville d'Orchimont

Au XIIIe siècle deux seigneurs, Daïembert et Raoul fondèrent à Montfey, dans le voisinage d'une source un couvent de moniales.
Alors qu'ils étaient tombés dans un état de complet anéantissement après avoir profané les reliques de la vierge de Lhuître, Sainte-Tanche leur apparut, dans la nuit au milieu d'une atmosphère incandescente, les toucha, les guérit et leur ordonna de raconter ce que Dieu venait de faire pour eux. Reconnaissants, ils promirent et accomplirent ainsi avec cette construction une partie de leur vœu.
La fontaine attenante appelée Sainte-Tanche acquit une grande renommée et devint le centre d'un pèlerinage important. Le monastère fut détruit mais les offices religieux autour de la source persistèrent jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.
En 1874, Nazarle Jobert lui consacra un sonnet du nom de La Fontaine de sainte Tanche à Montfey.

Lieux et monuments
Dans le cimetière, attenant à l'église, a été construit le beffroi recouvert d'un toit pyramidal. Il abrite la charpente où est suspendue la cloche fondue en 1600 sur laquelle sont gravés les noms des donateurs et marraines. Elle est classée à l'inventaire des monuments historiques car c'est la seule qui, refondue sur la place du village, subsiste de l'église du XVIe. La pince et le battant se trouvant environ à un mètre cinquante du sol, il est possible de les mettre en mouvement manuellement.

L'église Saint-Léger du XVIe siècle fut construite grâce aux dons d'un généreux mécène. Il y épuisa toute sa fortune mais ne put payer la construction d'un clocher ou d'une tour. Néanmoins l'édifice long de 30 m, large de 14 m (5 m 50 pour l'abside) et haut de 7 m 50 comprenait une nef et deux collatéraux de même hauteur, cinq travées et un campanile avec trois cloches dont deux auraient été fondues pour battre monnaie en 1790. Elle était éclairée par 18 baies fermées par des vitraux qui ont été depuis déposés à l'abri. L'édifice pouvait accueillir plus de 300 fidèles.
L'église tombant en ruine a été reconstruite mais on n'en a gardé que le chœur et deux travées qui peuvent recevoir 90 personnes environ. La nouvelle construction, fut bénie le 2 octobre 1955 par Monseigneur Le Couédic évêque de Troyes.
De la porte principale passant sous le porche l'on peut voir à l'angle du bas-côté nord un modillon du XIIe siècle provenant de l'ancienne église qui était, vers 1350, construite à Léry. On peut aussi y pénétrer par une petite porte latérale ornée, en bas, à droite et à gauche, par deux escargots et au-dessus par un monstre ailé.
Au-dessus de la porte d'entrée, face à l'autel, une statue de la Vierge, en pierre peinte, est soutenue par une console. Elle tient dans ses bras son enfant, Jésus, qui cherche à enlever la bague que sa mère porte à la main droite. Cette statue donnée par les Montfeyens se trouvait dans la chapelle de la Vierge de l'ancienne église. La console est soutenue par un ange porte écu sur lequel on voit un calice et la date "1518".
Le bénitier classé à l'inventaire des monuments historiques

À gauche de l'autel, la statue de Saint Jean-Baptiste, en pierre peinte, qui date de 1518. Cette sculpture est un don d'un curé de la paroisse prénommé Jean. La statue en bois de Saint-Léger à gauche du chœur
À droite du chœur, la statue en bois de Sainte-Tanche qui naguère se trouvait près de la fontaine éponyme.
La statue en pierre de Saint-Nicolas au fond du chœur.
Les vitraux des baies ont été déposés aux Beaux-Arts à Troyes en 1939. Cependant derrière l'autel, dans le chevet du sanctuaire, un vitrail peint par M. Vincent Feste en 1868 et remplaçant un autre illustrant les mêmes thèmes, représente la légende de Saint Léger.

Le lavoir, alimenté par la source Sainte-Tanche, à proximité d'une aire de repos. L'eau de la fontaine devint un lieu de pèlerinage car, disait-on, elle guérissait certaines maladies, la fièvre. De très loin les croyants venaient tremper le linge des malades et assistaient aux offices religieux où le linge était béni.

Un pont romain enjambe le ru du Boutois.

Personnalités liées à la commune
Timothée de La Rue chevalier seigneur de Montfey, La Brosse, Frenay, Arrentières, Bourg-Luxembourg en partie, capitaine d'une compagnie de chevaux légers du régiment de Monseigneur, le Maréchal Philippe de Clérambault, décéda le 23 novembre 1683 à 67 ans. Sur sa pierre tombale outre les indications précédemment citées étaient gravés un blason à un chevron accompagné de trois losanges, surmonté d'un heaume à lambrequin, taré de face. Cette pierre tombale a disparu probablement au cours de la restauration de l'église.
Julien Charles de La Rue écuyer seigneur en partie de Montfey demeurant à La Brosse
Pierre de La Rue, écuyer seigneur de Montfey en partie de la Brosse
Henri de La Rue de Montfey
Jean Bréhen, natif de Montfey, homme d'armes (pendant les guerres de religion,) se faisait appeler le Capitaine Apremont
Etienne Marcel Bouillerot des Bois né le 22 juillet 1765
Louis-Armand de Lespinasse, écuyer, seigneur de Langeac, co-seigneur de Montfey né le 13/11/1647
Frédéric-Eugène Piat né à Montfey en 1827 et décédé à Paris en 1903 fut un ornementiste auquel Jean Pierre Sainte-Marie consacra une monographie :

Grâce à "Amicale Généalogie", nous pouvons ajouter Vincent Guerbet, né le 15/11/1787 à Montfey qui eut sa courte période de "gloire".

Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Montfey

Commenter cet article