K comme KODAK

Publié le par Colette Lefevre

K comme KODAK

N'ayant aucune commune où vécurent mes ancêtres commençant par la lettre K, je vous propose de partir à la découverte de cette formidable invention "KODAK".

Qui ne connait pas ce nom KODAK, qui n'a pas eu son Kodak ?
S'il y a bien un objet qui fait partie des voyages c'est un appareil photos, cette fantastique invention nous a permis de connaître certains de nos ancêtres. Quel dommage qu'il n'est pas été inventé plus tôt !

Kodak est une entreprise américaine fabriquant des produits et fournissant des services dans le domaine de la photographie, du cinéma, de la radiologie et de l'impression.

La société a été fondée par George Eastman en 1881 sous le nom de Eastman Dry Plate Company 3. Concrétisation des recherches personnelles de George Eastman et de son brevet d' une Méthode et Appareillage pour la réalisation des Plaques à Émulsion déposé en 18794, la société lance le film souple en 1885.

Le nom Kodak apparaît pour la première fois en 1888 au lancement des premiers appareils photo à pellicule photographique et non plus à plaque. George Eastman cherchait un vocable qui se prononçait d'une façon identique dans toutes les langues et cela l'amena aux deux voyelles "a" et "o". Pour encadrer ces deux voyelles, Eastman, fan d'anagrammes, choisit de placer en première et dernière partie la première lettre du nom de sa mère : le "K" (née Kilbourn). La lettre se trouvant entre le "KO" et le "AK" fut choisi par pur hasard, le "D".  Par leur simplification technique, ces appareils permirent la démocratisation de la photographie, la « révolution Kodak » s'adressant aux photographes amateurs. Dans le langage populaire, le mot « Kodak » servit longtemps à désigner tout appareil photo destiné à l'amateur.

Le nom Kodak apparaît pour la première fois en 1888 au lancement des premiers appareils photo à pellicule photographique et non plus à plaque. George Eastman cherchait un vocable qui se prononçait d'une façon identique dans toutes les langues et cela l'amena aux deux voyelles "a" et "o". Pour encadrer ces deux voyelles, Eastman, fan d'anagrammes, choisit de placer en première et dernière partie la première lettre du nom de sa mère : le "K" (née Kilbourn). La lettre se trouvant entre le "KO" et le "AK" fut choisi par pur hasard, le "D". Par leur simplification technique, ces appareils permirent la démocratisation de la photographie, la « révolution Kodak » s'adressant aux photographes amateurs. Dans le langage populaire, le mot « Kodak » servit longtemps à désigner tout appareil photo destiné à l'amateur.

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kodak_Camera_Center,_Gatlinburg,_Tenn,_Highway_71.jpg#/media/File:Kodak_Camera_Center,_Gatlinburg,_Tenn,_Highway_71.jpg

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kodak_Camera_Center,_Gatlinburg,_Tenn,_Highway_71.jpg#/media/File:Kodak_Camera_Center,_Gatlinburg,_Tenn,_Highway_71.jpg

La photographie comme technique

À l'époque de la Renaissance, les peintres italiens commencent à découvrir les lois de la perspective. Pour simplifier le tracé de leurs paysages, ils utilisent des appareils optiques qui permettent de projeter sur une surface une image d'un paysage ou d'un objet : la chambre claire, la chambre noire, le perspectographe (le portillon d'Albrecht Dürer).

La chambre noire était déjà connue par Aristote (384-322 av. J.-C.), par le savant arabe Ibn Al-Haytham (965-1038) et par Léonard de Vinci (1452-1519) ; on peut la considérer comme l'ancêtre des appareils photographiques. Elle est constituée par une boîte fermée, étanche à la lumière, dont une des faces est percée d'un tout petit trou, le sténopé. L'image inversée d'un objet éclairé placé à l'extérieur devant le trou se forme sur la paroi opposée.

Elle fut employée par de nombreux artistes, dont Giambattista della Porta, Vermeer, Guardi et Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, qui l'utilisa notamment pour mettre en perspective ses célèbres paysages des canaux de Venise.
Les visiteurs du physicien italien Giambattista della Porta (1535 ca - 1615) auraient été effrayés en voyant sur le mur l'image des petits personnages se déplaçant la tête en bas. Pris de panique, ils se seraient précipités hors de la pièce. Della Porta a été accusé de sorcellerie. Della Porta voulut divertir ses invités en leur faisant découvrir une camera obscura c'est-à-dire la chambre noire en latin.
Celle-ci peut produire un effet spectaculaire, bien que son principe de fonctionnement soit simple. Quand la lumière pénètre par un trou minuscule dans une boîte ou une pièce obscure, une image inversée et renversée de l'extérieur est projetée sur la paroi opposée. Ce que les invités de Della Porta avaient vu n'était rien de plus que les acteurs qui jouaient dans la pièce voisine. Ce qu'on appelle maintenant la chambre noire était l'ancêtre de l'appareil photo moderne. La chambre noire n'était pas une nouveauté à l'époque de Della Porta. Aristote (384 - 322 av. J.-C.) avait observé le principe selon lequel elle fonctionnerait. Alhazen, un savant arabe du xe siècle, en avait donné une description détaillée, et les carnets du célèbre Léonard de Vinci, au xve siècle, en faisaient aussi mention. Au xvie siècle, la netteté de l'image s'est améliorée avec l'introduction de la lentille. De nombreux artistes ont d'ailleurs utilisé cet accessoire de façon à rendre avec plus d'exactitude la perspective de l'échelle. Pourtant, malgré de multiples tentatives, il a fallu attendre le xixe siècle pour obtenir une image permanente.


Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kodak
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_photographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article