RAVENNE Adrien Adolphe et LEMAITRE Marie Séraphine Elisa, Sosas 28-29

Publié le par Colette Lefevre

Mon cher arrière-arrière-grand-père Adrien, j'ai déjà eu l'occasion de discuter avec toi dans mon billet "E comme Enfant".
Tu es un enfant exposé dans le tour de l'hospice d'Evreux, le 26 mars 1831, recueilli par Madame Joseph Marie, sœur hospitalière, qui t'a amené à la mairie pour te déclarer.
Voici ce que l'on peut lire sur ton acte de naissance : "Il était vêtu de mauvais haillons sur lesquels il a été trouvé un billet ainsi conçu "cette enfant est ondoyée et porte le nom "Adrien Adolphe". La déclarante n'ayant pu nous donner d'autres renseignements, nous avons inscrit le dit enfant, sous les nom et prénoms de Ravenne Adrien Adolphe". Tu as été confié au directeur de l'hospice.
Tu es alors placé en nourrice chez Marie Catherine CABRY femme de Jean ISABELLE, commune de Villalet, commune de l'Eure.
Le 8 juin 1843, tu fais ta première communion.

Toi, ma chère arrière-arrière-grand-mère Séraphine, tu vois le jour le 25 février 1834 à Muzy dans l'Eure. Tes parents LEMAITRE François, agê de 31 ans, et RIOU Marie Jeanne, âgée de 27 ans, sont mariés depuis 3 ans, mais tu es leur premier enfant.
Tu vas grandir entourée de tes grands-parents maternels, de ta grand-mère paternelle, de tes oncles et tantes maternels et de tes cousins, Aimée Eulalie née en 1841, Julien Constant né en 1843 et Albert Auguste né en 1844, heureusement qu'ils sont là, car tu es fille unique.
En janvier 1846, ta grand-mère paternelle, GALLAY Marguerite Rosalie décède, tu vas sur tes 8 ans.
Cinq mois après tes 18 ans, le 13 juillet 1852, ta mère donne naissance à un petit frère, Auguste Léon.
Mais le noël de cette année-là sera bien triste, puisque ton grand-père maternel décède. Malheureusement, l'année 1855, sera encore plus dure à vivre, ton petit frère, âgé de 3 ans et 4 mois, décède le 15 novembre, suivi le 16 décembre de votre mère, qui aurait eu 50 ans le mois suivant. Il est vrai qu'il y a une importante épidémie de choléra.
D'ailleurs, d'autres décès vont suivre dans votre famille : le 31 janvier 1856, une sœur de ta grand-mère maternelle, le 17 février 1856, ta grand-mère maternelle et le 12 avril 1856 une sœur de ta mère.

Archives départementales de l'Eure, commune de Muzy, registre d'état civil 8MI 2879

Archives départementales de l'Eure, commune de Muzy, registre d'état civil 8MI 2879

Après tous ces décès, un peu de bonheur pour toi, tu te maries le 26 mai 1857 avec LOISEAU Vital Léonard, mais quand je dis un peu, je suis modeste, le 26 août de la même année, ton mari décède. Cela fait beaucoup de décès à supporter (six en 2 ans), pourtant, il va falloir que tu sois forte, car tu es enceinte et le 16 mars, tu donnes naissance à une petite Marie Vitaline.

Le 28 mai 1861, vous vous mariez à Muzy, en présence de ton père Séraphine et de tes oncles et tantes. Marie Vitaline doit être toute heureuse de participer à cette fête. Adrien, tu as 30 ans et toi Séraphine, 27 ans.

Archives départementales de l'Eure, commune de Muzy, registre d'état civi
Archives départementales de l'Eure, commune de Muzy, registre d'état civi

Archives départementales de l'Eure, commune de Muzy, registre d'état civi

Onze mois plus tard, le 20 avril 1862, une fille que vous prénommez Adolphine Léonie Constance vient au monde. Cinq ans plus tard, le 5 juillet 1867, c'est la naissance d'un garçon, Louis Adrien, mon sosa 14. Comme tu dois être fier et heureux Adrien, et oui les hommes sont toujours très heureux d'avoir un fils.

Les années passent et vos enfants grandissent.
D'ailleurs, ils grandissent si bien, que le 12 septembre 1876, vous assistez au mariage de Marie Vitaline, âgée de 18 ans, avec DUBOS Alexandre Désiré. Et le 24 mars 1878, te voici grand-mère Séraphine, d'un petit garçon Alfred Constant.
Les mauvais jours sont derrière vous, jusqu'au 8 février 1883, où ton père décède Séraphine, il a tout de même 81 ans !
Des années heureuses vont suivre :
Le 29 avril 1884, Adolphine Léonie Constance se marie avec CISSAY Eugène Louis Désiré, elle a 22 ans. Le 7 septembre 1884, Marie Vitaline met au monde une fille Georgina Alphonsine Rachel et le 11 janvier 1885, Adolphine Léonie Constance donne naissance à un garçon, René Clément.
Le 25 décembre 1894, Louis Adrien se marie avec MARIE Emeline Désirée.

Leur premier enfant qui vient au monde le 12 juillet 1896 est mort-né, ça commence bien mal pour eux. Mais les naissances vont se succéder, juin 1897, Adrien Georges, janvier 1899, Adrienne René Lucie, août 1900 Juliette Marie, janvier 1903 Louis Gaston, janvier 1905 Lucien Séraphin, avril 1906 Georges Gaston qui décède cinq mois plus tard, et décembre 1910 leur dernier enfant Emile.

Entre-temps, le 23 avril 1904, Alfred Constant, le fils de Marie Vitaline épouse LESIMPLE Marceline et le 4 novembre 1905, Georgina épouse PIGNOT Valentin.

Je ne sais pas si vous avez vécu les événements suivants, car je ne connais pas vos dates de décès, vous apparaissez sur le recensement de 1911 et je n'ai pas trouvé d'acte de décès vous concernant dans le registre de 1912.

Survient alors la Première Guerre mondiale, suite à la mobilisation générale, le 3 août 1914, votre gendre, CISSAY Alfred Constant part à la guerre, souffrant de bronchite et d'emphysème, il est placé du 30 novembre 1916 au 31 janvier 1917 à l'imprimerie DIDOT Firmin à le Mesnil-sur-l'Estrée, juste à côté de Muzy. Le 18 février 1917, il est affecté à la 1re compagnie d'Etapes à Vernon. Le 18 juillet 1918, il passe au 28e Régiment d'Infanterie et est affecté au service de garde à Vernon. Il est mis en congé illimité de démobilisation le 25 février 1919.

Le 20 août, c'est votre fils Louis Adrien qui part, le 7 janvier 1915, il est renvoyé dans ses foyers et ne repartira pas, il a quand même 44 ans.

Le 16 novembre 1914, René Clément, le fils unique de votre fille Adolphine est réformé pour cardiopathie et surdité.

Le 15 février 1915, PIGNOT Valentin, le mari de Georgina part à son tour. En 1900 lors du conseil de révision, il est exempté, car il a perdu l'œil droit. Le 14 décembre 1914, il est classé dans les services auxiliaires pour "acuité visuelle insuffisante à droite". Cependant, le 15 février 1915, il est mobilisé et il rejoint la 3e section de C.O.A (Commis et Ouvriers militaires d'Administration), jusqu'au 11 avril où il est renvoyé dans ses foyers. Il est rappelé à l'activité le 8 juin 1915. Le 11 mars 1916, il est nommé caporal et sergent le 1er octobre 1916. Il est mis en congé illimité de démobilisation le 9 février 1919.

Votre petit fils RAVENNE Adrien Georges est mobilisé à son tour et part le 7 janvier 1816 comme soldat de 2e classe, il a 18 ans et demi. Le 16 novembre 1916, il intègre le 155e Régiment d'Infanterie. Le 15 août 1917, il est blessé à l'œil par un éclat d'obus aux carrières d'Houdrement. Le 22 mai 1918, il est cité à l'ordre Général "Jeune soldat courageux toujours prêt pour les missions dangereuses. A été grièvement blessé le 15 août 1917 en exécutant des travaux sous un violent bombardement." Le 2 juin 1918, il est rayé des contrôles pour la perte totale de la vision de l'œil gauche.

Publié dans Branche Ravenne

Commenter cet article