La belle Epoque

Publié le par Colette Lefevre

La Belle Époque est une période marquée par les progrès sociaux, économiques, technologiques et politiques en Europe, s'étendant de la fin du 19e siècle au début de la Première Guerre mondiale en 1914.

Une population rurale nombreuse et peu homogène :
Les actifs de l’agriculture représentent encore 44 % de la population totale en 1906, soit un peu plus tard (1911) 5,3 millions d’hommes et 3,2 millions de femmes.
Les situations personnelles sont assez variables, mais sur ce total, environ la moitié sont des ouvriers agricoles. Ce sont pour la plupart des domestiques, des « valets de ferme » qui s’engagent pour un an à la Saint-Michel, au moment de la «foire aux valets».
Les conditions de vie sont difficiles, différentes d’une région à l’autre, un peu plus favorables dans les provinces des vignobles ou des grandes cultures céréalières. Dans l’ensemble, c’est l’impression d’une grande pauvreté du monde rural, même chez les propriétaires étant donné la faible superficie des exploitations qui domine.
La crise agricole qui se manifeste dans les années 1890 favorise un exode rural déjà entamé qui alimente en main-d'œuvre les centres industriels qui se développent ou la nombreuse domesticité (des femmes surtout) dans la bourgeoisie citadine.

Les grandes découvertes :
Les découvertes les plus importantes ont été d’abord appliquées à la vie quotidienne. C’est le cas de la maîtrise de l’électricité quand Marcel Deprez et Aristide Bergès mettent au point un système pour transporter le courant. L’éclairage domestique en bénéficie et cette nouvelle forme d’énergie révolutionne les techniques industrielles. L’électrométallurgie se développe et l’électrolyse transforme le travail de l’aluminium en abaissant le prix de revient de ce métal.

Dans la foulée, des ingénieurs inventent la radio; la T.S.F. (Téléphonie Sans Fil) d’après les travaux d' Édouard Branly et le cinéma dont la base de fonctionnement est la maîtrise du courant (techniques des frères Lumière en 1895).

Certaines découvertes ont été déterminantes pour les années futures : les expériences de Clément Ader en 1903-1906 permettent aux aviateurs Louis Blériot en 1909 de réussir la première traversée de la Manche et à Roland Garros la traversée de la Méditerranée en 1913.

Pour la médecine, les travaux des physiciens et des chimistes ont été des étapes primordiales : Pierre et Marie Curie isolent le radium en 1898 en travaillant à partir des travaux de Becquerel qui a mis en évidence la radioactivité de l’uranium en 1896. Ils partagent d'ailleurs avec ce dernier le Prix Nobel de physique 1903, pour la découverte de la radioactivité. Marie Curie obtiendra quant à elle un deuxième Prix Nobel en 1911 et reste comme la plus grande savante française de son époque avec Louis Pasteur.

Ils font ainsi progresser les possibilités d’utilisation des rayons X découverts en 1895 par l’Allemand Wilhelm Röntgen appliquées à la radiographie dont l’usage se généralise pour le dépistage de la tuberculose.

Pour l’automobile, les ingénieurs déploient une énergie et une inventivité efficaces qui en font les inventeurs du pneu démontable (Michelin en 1895) ou les acteurs d’améliorations notables pour le moteur à explosion comme Panhard et Levassor. Les frères Renault sont en France les pionniers de la fabrication industrielle de l’automobile. Ils contribuent à faire du pays l’un des mieux équipés, à savoir 100 000 voitures en 1914.
Les premières automobiles produites et commercialisées sont à vapeur (L'Obéissante d'Amédée Bollée en 18739) et les premiers prototypes utilisant les nouveaux moteurs à explosion moins encombrants au milieu des années 1880 sous l'impulsion d'un ingénieur français Édouard Delamare-Debouteville et d'un ingénieur allemand Gottlieb Daimler. Dans le même temps, le développement des connaissances liées à l'électricité mène à la réalisation des premières voitures électriques : on a donc trois modes de propulsion en concurrence au tournant du 20e siècle.

Le cinéma est né à la fin du 19e siècle. Pour désigner les recherches qui mènent à l’invention du cinéma, donc avant les premiers films en 1891, on parle de précinéma. Il est souvent affirmé que les inventeurs du cinéma furent les frères Lumière. En fait, les premiers films ont été enregistrés par le « Kinétographe (en grec, écriture du mouvement) : caméra de l’Américain Thomas Edison, brevetée le 24 août 1891, employant du film perforé 35 mm et un système d’avance intermittente de la pellicule par « roue à rochet ». Entre 1891 et 1895, Edison réalise quelque soixante-dix films.




Publié dans Généralités

Commenter cet article