G comme GAZONNOIS

Publié le par Colette Lefevre

GAZONNOIS Louis Adrien : une vie bien courte.


Louis André tu es mon sosa 78, tu es né aux alentours de 1789 à St Rémy La Vanne en Seine et Marne (cette indication est notée sur ton acte de décès, mais je ne l'ai pas trouvé). Tes parents sont GAZONNOIS Jean et MODOTOT Victoire.
Marie Catherine Rosalie, tu es née le 8 avril 1788 à Champmartin commune de Bellot, tes parents sont BLANCHOIN Louis Jérôme et LANGLOIS Marie Jeanne.

Vous vous mariez le 14 juillet 1813 à St Rémy La Vanne. Vous avez 25 ans, tous les deux, tes parents, Louis André, t'accompagnent, par contre toi Marie Catherine Rozalie, tu es orpheline, ton père est décédé en l'an 8 et ta mère en 1810. Tes témoins Louis André sont tes frères Denis âgé de 28 ans, berger comme toi et Jean Pierre âgé de 32 ans, tisserand, et les tiens, Marie Catherine Rozalie, sont ton tuteur GRANDHOMME Nicolas 62 ans, cultivateur et BRAGUE Pierre Antoine ton beau-frère âgé de 31 ans, manœuvrier.

18 mois après, le 25 janvier 1815 à Saint-Rémy-la-Vanne, votre premier enfant, Louis André, voit le jour. Quel bonheur, un petit garçon, le fruit de votre amour que tu peux serrer dans tes bras, chouchouter, embrasser, voir grandir, il doit vous faire rire avec ses premiers gazouillis, ses premières mimiques. Comme tous les parents, vous vous émerveillez lors de ses premiers pas. Louis André a 14 mois et il décède. Un grand vide, un grand drame, une grande douleur dont aucun parent ne peut s'en remettre.
Marie Suzanne, qui voit le jour le 26 mai 1817, vous apporte un peu de baume au cœur, mais 23 mois plus tard, le 31 janvier 1819, nouveau coup dur, Marie Suzanne décède. Un plus grand vide encore, quelle injustice. Pourquoi ? Mais pourquoi nous ? vous demandez-vous.
Marie Ismérie naît le 23 décembre 1819 et vous apporte peut-être du réconfort. Les jours passent, les mois aussi, vous fêtez ses 1 ans, puis ses 2 ans. Vos angoisses s'estompent peut-être un peu.
Une autre petite fille vient agrandir votre famille le 19 septembre 1822, vous lui donnez pour prénoms Marie Louise Virginie. Vous voici 4 maintenant. Ce bonheur va-t-il durer ? Deux mois après, vous fêtez les 3 ans de votre fille aînée. Les anniversaires se suivent, les 1 ans de Marie Louise Virginie , puis les 4 ans de Marie Ismérie, les 2 ans de Marie Louise Virginie , puis les 5 ans de Marie Ismérie. Les mauvaises années sont derrière vous, vous essayer d'oublier les mauvais souvenirs, vous reprenez confiance dans la vie et vous espérez que cela durera.
Malheureusement non, Marie Ismérie décède le 31 janvier 1825 à Bellot, elle a 5 ans et un mois. On peut imaginer votre désarroi. Comment envisager un avenir serein dans de telles circonstances. Bien sûr, c'est monnaie courante, les enfants qui décédent en bas-âge, mais c'est mieux quand ce ne sont pas les siens. Mais tellement peu de familles échappent à ce état de fait.

Voici que 10 mois ont passé et le 22 octobre 1825, un petit garçon voit le jour, c'est Louis Joseph. Vous voici de nouveau 4, avec une petite fille de 3 ans et un petit garçon. Je suppose que chacun de leurs problèmes de santé doit vous plonger dans des angoisses insupportables. Les semaines passent, les mois défilent, les anniversaires se succèdent, les fêtez-vous encore ?
Maintenant Marie Louise Virginie a 6 ans et Louis Joseph 3 ans. Vous êtes heureux, sans avoir oublié vos premiers enfants, vous profitez de ces deux chérubins, tout va bien ... sauf que ce 19 octobre 1828, c'est toi Louis André qui décède, tu as 39 ans.

Quelle catastrophe pour toi, Marie Catherine, après avoir eu la douleur de perdre tes 3 premiers enfants en bas-âge : 14 mois, 23 mois et 5 ans, te voici veuve à 40 ans et tu vas élever seule tes 2 enfants. Te voici manœuvrière pour subvenir à vos besoins.

Grâce aux recensements, j'ai pu retracer un peu de ta vie de veuve. Sur celui de 1841, Marie Louise Virginie, qui a alors 19 ans, est manœuvrière comme toi, ainsi que Louis Joseph qui a 16 ans. À partir de 1846, tu apparais seule sur les recensements, ta fille est mariée, peut-être Louis Joseph est-il parti à l'armée, il a 21 ans ! Le destin te frappera encore avec le décès de ton premier petit-fils que t'a donné Marie Louise Virginie en 1845, il n'aura vécu que 2 mois et puis 5 ans plus tard c'est le décès de ta fille qui a 27 ans et qui laisse 2 jeunes enfants : 4 ans 3 mois et 23 mois. Peut-être les as-tu élevés ! Ce décès a dû te plonger dans une détresse profonde. Comment ne pas sombrer dans la folie ? Comment survivre à tous ces coups durs ? Peut-être en effet n'as-tu pas réussi à t'en remettre car dès 1861 tu n'apparais plus sur les listes de recensements mais je n'ai pas trouvé ton acte de décès sur les tables décennales de Bellot jusqu'en 1902. Quand et où es-tu décédée ? As-tu déménagé ? T'es-tu remariée ? Es-tu décédée chez ton fils dans une autre commune, s'il est encore en vie, car de ton fils, je ne sais rien, je ne connais pas sa date de décès, avant ou après toi ? Si c'est avant toi, alors là vraiment, c'est la catastrophe !
Il reste plein de phases d'ombres dans ta vie, mais j'espère bien un jour arriver à mettre tout ça au clair.

Sources : archives départementales de Seine et Marne, côtes : 5MI2381 - 5MI7309 - 10M32, 10M61, 10M90, 10M97, 10M129

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lisa Aishiteru Arwen 07/06/2014 22:10

J'aime beaucoup cet article. J'aime la façon dont il a été écrit, comme une lettre ouverte à ce couple d'ancêtres. :-)